Egalement nommé le « safran des Indes ». Le curcuma est utilisé dans de nombreux plats, essentiellement sous forme de poudre, il a d’innombrables vertus pour la santé.

Le curcuma tenait un rôle gastronomique et pharmacologique de premier plan depuis des millénaires dans le quotidien de la vie des peuples de l’Asie du Sud et du Sud-Est. Outre l’exploitation tinctoriale de cette plante, les inépuisables qualités thérapeutiques du curcuma ont été exploitées depuis des millénaires par la médecine traditionnelle de ces pays orientaux. En effet, dans le contexte actuel d’augmentation de la population mondiale à faible et très faible revenu ainsi que le coût de plus en plus exorbitant des médicaments et des soins médicaux, il est à se demander s’il ne faudrait pas vulgariser au plus vite les connaissances sur les utilisations pharmacologiques actuelles déjà effectives, non seulement du curcuma mais aussi des autres plantes aromatiques

radici-di-curcuma-agoji-antixydant-naturel

Les caractéristiques du curcuma

Le curcuma est une plante vivace et rhizomateuse, ayant beaucoup de ressemblances morphologiques avec le gingembre, et appartient à la famille des zingibéracées. Elle est cultivée depuis deux millénaires dans le sud de l’Inde, en Malaisie et dans l’île de Java pour la production de l’épice à usage culinaire et aussi tinctorial. Elle peut monter jusqu’à 1 mètre de hauteur et présente de longues feuilles lisses, effilées, de couleur vert luisant. A la floraison, elle porte de minuscules fleurs à pétales jaunes. Ses racines sont des rhizomes plats de couleur jaune et qui présentent de multiples nouaisons. Le rhizome contient différentes substances comme les essences volatiles, de la résine et principalement de la curcumine qui est la substance active.

ori-curcuma-madras-racine-548_351

La plante pousse bien en climat tropical chaud et humide, sur un sol bien fertile. La production de poudre de curcuma passe par les stades suivants : le déterrage, le lavage, l’ébouillantage, le séchage et le broyage. A la fin de l’opération, on obtient une poudre légère de couleur jaune orangée, de senteur poivrée un peu musquée, avec un goût piquant légèrement amer. En cuisine, le curcuma sert à relever les goûts des sauces, à colorer les produits laitiers, les marinades et le riz cuit.

Le curcuma : un médicament à large action

Les vertus thérapeutiques multiples et inattendues du curcuma ont été mises à profit depuis des années dans la médecine traditionnelle chinoise et indienne. Le curcuma s’avère être un antalgique puissant pour traiter les douleurs dues à l’arthrite, au rhumatisme, à la tendinite, à la menstruation. Il soigne aussi les inflammations dermiques et ophtalmologiques et guérit la gale. Son effet antibactérien lui permet de soigner les blessures par saupoudrage sur la plaie.

Le curcuma exerce une action tonifiante du tube digestif et stimule l’appétit. Il agit comme un protecteur de la muqueuse gastrique, prévient et traite ainsi les troubles gastriques et guérit les ulcères d’estomac. Plus en profondeur, il régularise les fonctions de la bile et protège l’organisme contre l’accumulation dans les tissus du mauvais cholestérol Ldl tout en jouant un rôle important dans la diminution de la teneur en cholestérol du sang. Il évite ainsi l’apparition des maladies dégénératives des artères. Le curcuma a aussi une action fluidifiante du sang et prévient des autres accidents cardiovasculaires.

La molécule de curcumine a une action anti-cancéreuse qui empêche l’évolution du cancer du sang, des tumeurs malignes et prévient le cancer de la prostate. Pour le troisième âge, le curcuma stimule le système immunitaire et protège contre la maladie d’Alzheimer.

Comment se fait la prise de curcuma en traitement médical ?

Pour optimiser l’action curative du curcuma, il faut savoir tirer profit de la solubilité de la curcumine dans les corps gras, alors il est conseillé de le mélanger avec de l’huile alimentaire dans les préparations culinaires. De plus, l’association avec la pipérine du poivre augmente de mille fois l’absorption intestinale de la curcumine. Ainsi, il convient d’assaisonner les préparations culinaires quotidiennes avec une cuillérée à thé de curcuma et d’une à trois pincées de poivre. En infusion, mélangez une cuillérée à café de curcuma avec une pincée de poivre dans un vert de lait de vache ou de soja. En infusion mixte avec le gingembre, on fait une décoction de 5 minutes d’une cuillérée à café de curcuma avec un bout de racine de gingembre de 2 centimètres. Contre le cancer du colon et du rectum, il est recommandé de prendre chaque jour 3,6 grammes de curcuma. Pour lutter contre la maladie d’Alzheimer, la prescription consiste en une prise 3 fois par jour avant chaque repas d’une gélule avec un verre d’eau. Enfin en anti-inflammatoire, la prise quotidienne est de un quart de cuillérée à thé de curcuma mélangé dans un verre d’eau.

Source : boutronic

Conseils pratiques :

Choisir : N’acheter la poudre qu’en petites quantités, car son arôme se dissipe rapidement. Comme beaucoup d’épices, le curcuma est de plus en plus irradié en vue d’augmenter sa durée de conservation et limiter les infestations d’insectes ou de maladies durant l’entreposage. Les personnes qui s’opposent à ce processus peuvent se procurer du curcuma issu de l’agriculture biologique dans les magasins de produits naturels ou dans la section des produits bios des épiceries.

Conservation : Garder le curcuma moulu dans un contenant hermétique au frais, au sec et à l’abri de la lumière.

A savoir :

David Servan Schreiber a vanté les mérites du curcuma dans son livre "Anti-cancer", je cite "le curcuma (mentionné depuis 2000 ans dans les traités médicaux de l'Inde, de la Chine, du Tibet et du Moyen-Orien) est un puissant anti-inflammatoire qui inhibe la croissance de nombreux cancers : côlon, foie, estomac, sein, ovaire, sang... Ce qui explique que les Indiens, malgré un envrionnement très pollué, aient huit fois moins de cancers du poumon, neuf fois moins de cancers du sein, dix fois moins de cancers du rein que les Occidentaux."

Aller plus loin : 

29962

Livre "Le curcuma : vertus et bienfaits", Yves Réquéna, docteur en médecine, acupuncteur et psychothérapeute, directeur de l'Institut Européen de Qi Gong. Véronique Lemaire, journaliste scientifique, spécialisée en médecine naturelle.

 

"Le curcuma, épice couleur safran, a fait ses preuves dans de nombreux domaines médicaux depuis plus de cinquante ans et on ne cesse d'en démontrer l'efficacité. Le curcuma possède de nombreuses vertus thérapeutiques. Anti-oxydant, anti-inflammatoire, bactéricide et fongicide, il agit également sur la digestion, le cholestérol, les maladies oculaires, l'arthrite, la maladie d'Alzheimer, les cancers et de nombreuses autres maladies de civilisation. Que le curcuma soit séché, réduit en poudre ou sous forme d'huile essentielle, ce livre vous apprendra à l'intégrer dans vos menus quotidiens afin de préserver votre capital santé."